logo small2x
BATHURST, 16 mai 2019 – Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) et le Collège communautaire du Nouveau-Brunswick (CCNB) annoncera jeudi après-midi à Petit-Rocher la signature d’une entente de collaboration.

« Il y a des gens dans la vie qui regardent des choses et se demandent pourquoi! Il y a aussi des gens qui rêvent à des choses qui n’existent pas encore et se disent pourquoi pas? » En ces mots, le président fondateur du Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB), Gilbert Finn avait décrit l’esprit qui régnait à l’époque de la création de notre organisme pour représenter les entreprises francophones de notre province.

La semaine dernière, j’ai eu le plaisir de coprésider la 5e conférence « GovMaker » qui s’est déroulée à Fredericton sous le thème « La croissance démographique et économique par la démocratie ouverte ». En d’autres mots, cette conférence invitait les participants et participantes à penser différemment lors de l’élaboration de nos politiques publiques.

Un comité sénatorial mène présentement des audiences sur le projet de loi C-69 du gouvernement fédéral qui vise à modifier l’évaluation de projets énergétiques au pays pour notamment accélérer le processus et clarifier les critères d’approbation. Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick a participé à l’une de ces rencontres la semaine dernière pour y partager les inquiétudes des petites et moyennes entreprises de la province.

Confrontées aux difficultés accrues de recrutement et de rétention de la main-d’œuvre, nos entreprises doivent se tourner vers des solutions alternatives pour pourvoir leurs postes vacants. L’automatisation de certains procédés est préconisée comme l’une des solutions à ce dilemme et cela pourra aider des entreprises à éliminer certains défis de main-d’œuvre. Cependant, cette solution bénéfique dans certains cas s’avère aussi une arme à double tranchant dont l’impact pourrait se faire durement ressentir sur certaines de nos communautés.