logo small2x
Imaginez qu’à partir du 1er janvier 2019, votre facture d’électricité s’élèvera soudainement de 72 pour cent. Vous avez peu de contrôle sur cette dépense additionnelle pour un service essentiel puisqu’une société de la couronne impose ce nouveau taux. Visualisez maintenant les répercussions d’une telle augmentation colossale sur votre budget et sur vos habitudes puisque vous allez devoir apporter des changements radicaux pour absorber ces coûts supplémentaires inévitables. Il s’agit de la nouvelle réalité des entreprises du Nouveau-Brunswick après l’annonce la semaine dernière d’une augmentation moyenne de 71,7 pour cent des cotisations des employeurs au régime d’indemnisation des travailleurs de la province.

Samedi soir prochain, la communauté d’affaire francophone du Nouveau-Brunswick convergera vers le sud-est du Nouveau-Brunswick pour participer à un événement phare : le banquet de l’Entreprise de l’année du Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB). À quelques jours de cette soirée, certains pourraient s’interroger sur la pertinence de tenir une telle rencontre … pour une trente-cinquième fois. La réponse est simple et elle réside dans le thème de la soirée : « Célébrons la force de notre réseau ».

Le mois dernier, nous avons souligné l’importance de nos entreprises à notre économie, particulièrement lors de la Semaine de la PME avec ses nombreuses activités et galas de reconnaissance. Le Nouveau-Brunswick compte plus de 25 000 petites et moyennes entreprises qui créent environ 160 000 emplois, ce qui démontre le rôle crucial de nos PME dans notre économie et notre croissance. Pourtant, quand on demande à nos enfants quels métiers ils désirent exercer quand ils seront grands, rares sont ceux qui répondent « entrepreneur ».

Ottawa a annoncé la semaine dernière qu’il imposera son plan de tarification du carbone au Nouveau-Brunswick à partir du 1er avril. Cette mesure taxera nos entreprises qui assurent le développement et la vitalité économique de notre province, mais qui devront absorber cette augmentation des coûts d’exploitation en plus d’investir dans leur amélioration énergétique pour participer à la solution écologique. Nous aurions plutôt préféré un plan pour encourager les investissements en efficacité énergétique et pour récompenser les initiatives vertes et durables des entreprises.

Aujourd’hui, tous les yeux seront tournés vers Fredericton quand nos députés provinciaux récemment élus se présenteront à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick pour la première fois. Les partis politiques réussiront-ils à s’entendre pour qu’un gouvernement minoritaire puisse gouverner la province? L’incertitude perdure, mais notre économie requiert que nos élus se mettent au travail sans plus tarder. Nous nous retrouvons dans un état stagnant de statu quo, alors que nous avons besoin de vision, de décisions et, surtout, d’actions.