logo small2x

La semaine dernière, le Conseil économique et cinq de nos partenaires économiques avons dévoilé notre liste de priorités pour la reprise économique et la croissance post-pandémie avec lesquelles nous encourageons notre futur gouvernement fédéral à choisir la croissance. Cette semaine, j’aimerais m’attarder aux recommandations entourant le pilier de la compétitivité et de l’équité, alors que les autres axes prioritaires de l’immigration ainsi que de la reprise et l’autosuffisance feront l’objet de futures chroniques.

Plus tôt cette semaine, un regroupement d’organismes d’affaires du Nouveau-Brunswick a fait paraître un ensemble de priorités politiques pour l’élection fédérale à venir. Lorsque les entreprises et les citoyens et citoyennes du Nouveau-Brunswick se rendront aux urnes, ils se tourneront vers les partis fédéraux pour avoir un plan clair sur lequel reposeront la reprise économique et la croissance post-pandémie.

Le Conseil économique du N.-B. a toujours été un ardent défenseur du développement économique à l’échelle provinciale, régionale et locale. De l’argent consommé chez nous pour des produits de chez nous accélère les retombées économiques pour notre province en plus d’enrichir nos collectivités.

Une des priorités de la majorité des membres du Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) est de mieux se positionner pour faire face à la concurrence de plus en plus globale, surtout avec l’avancement rapide des capabilités des nouvelles technologies et de l’internet, ce qui nécessite souvent une transformation numérique pour permettre à leurs entreprises de demeurer compétitives. Malheureusement, plusieurs petites entreprises ne sont pas équipées pour se lancer dans l’aventure technologique comme un virage numérique complexe qui demande des ressources techniques qu’elles n’ont pas toujours à portée de la main. Alors, ces petites entreprises dépendent de programmes et de ressources pour atteindre leurs objectifs.

Dans notre chronique du 16 juillet, nous avons évoqué l’importance de l’innovation pour le développement économique de la province.  L’innovation à laquelle nous référons, l’Organisation de coopération et développement économiques (OCDE) l’a défini comme la mise en place de biens, de services ou de processus, nouveaux ou améliorés, dans les pratiques d’une organisation.