logo small2x

La situation devient de plus en plus critique pour les entreprises du nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Cette région se retrouve encore une fois en confinement complet depuis le 10 avril dernier, ce qui entraine la fermeture des commerces non essentiels et de lourdes pertes de revenus pour la plupart des secteurs. Aucune autre zone de notre province n’a été aussi touchée par les changements de phases d’alerte de la Santé publique que la région d’Edmundston et le gouvernement provincial se doit d’agir immédiatement pour venir en aide à son secteur privé.

Tout le monde au Nouveau-Brunswick semble d’accord avec le ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale, Daniel Allain, sur la nécessité d’un changement, mais peu s’entendent sur les moyens d’y arriver. Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) surveille de près ce dossier, car nous croyons fermement que le développement économique régional durable est étroitement lié à des communautés locales fortes et vibrantes et non pas seulement du ressort d’un gouvernement central à Fredericton.

Nous sommes des plus choyés de vivre au Nouveau-Brunswick et le mot se passe ! La campagne « Vivez dans le moment N.-B. » (https://vivezdanslemomentnb.ca) a ainsi généré plus de 2 000 demandes lors de ses trois premières semaines d’activité. Rappelons que celle-ci vise à informer les travailleurs à distance de centres urbains des nombreux avantages de vivre dans notre belle province pour les inciter à venir s’installer ici.

Notre province est confrontée à une crise du logement et nous nous devons d’agir sans plus tarder pour y remédier. Ses répercussions sur notre économie se font déjà sentir avec la flambée des prix dans le secteur immobilier et elles s’accentueront à un rythme élevé au cours des prochaines années pour affecter notre croissance à plusieurs niveaux.

Après près de deux ans de préparatifs, EKKO.Acadie a officiellement commencé ses activités cette fin de semaine à Shippagan dans la Péninsule acadienne. Cet accélérateur a donc accueilli sa première cohorte de sept entreprises.