logo small2x
Récemment, L’Acadie Nouvelle a publié un article intitulé « Nous avons un ratio chômeurs-postes vacants parmi les plus élevés au pays » qui provenait de la Presse canadienne. J’aimerais profiter de cette chronique pour pousser la réflexion un peu plus loin pour non seulement expliquer le pourquoi, mais aussi pour explorer quelques solutions à ce volet particulier du vaste défi de la main-d’œuvre qui affecte nos entreprises.

La vérificatrice générale du Nouveau-Brunswick, Kim MacPherson, a déposé plus tôt en juin un rapport dans lequel elle s’est notamment penchée sur l’externalisation de travaux d’entretien et de travaux des routes par le ministère des Transports et de l’Infrastructure. Celui-ci confie ainsi au secteur privé des travaux pour une valeur de 200 millions de dollars par année. Nous aimerions profiter de cette chronique pour revenir sur les conclusions de Mme MacPherson à cet effet puisque ses recommandations pourront avoir un impact direct sur le secteur privé et la croissance économique de notre province.

Saviez-vous qu’un grand nombre de nos entreprises se démarquent sur la scène provinciale, nationale et internationale ? Mentionnons les exemples récents de ThermalWood Canada de Bathurst qui a récemment remporté le prix entrepreneuriat mondial de Start-Up Canada ou bien celui du Verger Belliveau de Memramcook avec une médaille double or pour son Crooked Pomme mousseux et une médaille de bronze pour son cidre artisanal SCOW au All Canada Wine Championship 2019. Nommons également les nombreux gagnants des prix d’exportation d’Opportunité Nouveau-Brunswick, dont l’entreprise Lizotte Machine Vision de Rivière-Verte qui a remporté l’un des deux prix de l’Exportateur de l’année. L’excellence de ces entreprises nous montre que nous n’avons pas à rougir de nos gens d’affaires qui s’illustrent ainsi dans leurs domaines respectifs.

Ils étaient retrouvés un peu partout : dans les centres d’information touristiques, dans les stations-service et dans des présentoirs chez des entreprises liées au secteur touristique. Le Guide-Vacances du Nouveau-Brunswick était un incontournable de l’été et servait de guide autant aux visiteurs qu’aux gens d’ici pour explorer tous les coins de notre belle province. L’annonce récente du gouvernement provincial que ce fameux guide passait au couperet dès la saison 2020 a donc suscité la surprise et le mécontentement de plusieurs.

Ce lundi, le Commissariat aux langues officielles du Nouveau-Brunswick a dévoilé les résultats de la mise à jour de l’étude des économistes Pierre-Marcel Desjardins et David Campbell sur les avantages et le potentiel économique du bilinguisme au Nouveau-Brunswick. Sans surprise, cette étude reconfirme ce que nous savions déjà, soit que deux langues sont toujours bonnes pour les affaires et que le bilinguisme représente un atout essentiel pour notre province.