logo small2x
Le Nouveau-Brunswick s’est récemment classé au dernier rang dans un rapport sur l’innovation produit par le Conference Board du Canada. Notre province n’a obtenu aucune note positive pour les indicateurs étudiés. Il faut tout d’abord admettre que le concept-même de “l’innovation” est un peu vague. Pour reprendre la définition du Conference Board: l’innovation c’est « un processus par lequel on extrait des connaissances une valeur économique ou sociale, par la formulation, la diffusion et la transformation d’idées, afin de créer des produits, des services, des stratégies, des capacités ou des procédés nouveaux ou améliorés ». En d’autres mots, innover, c’est simplement faire les choses autrement; nul besoin d’un laboratoire ou d’un sarrau blanc pour le faire.

Les impacts et répercussions de la légalisation du cannabis récréatif seront un des sujets chauds de la période estivale au Canada. Certes, ce dossier présente de nombreuses occasions économiques et commerciales intéressantes avec le développement d’un tout nouveau secteur d’activités. Il s’agit d’ailleurs d’une des possibilités envisagées par le gouvernement provincial dans son Plan de croissance économique et ce secteur émergent pourrait s’avérer intéressant pour l’économie de notre province.

Trouver de nouveaux clients ainsi que garder son marché et conserver ses clients se retrouvent parmi les principaux défis de nos entreprises francophones. Certes, plusieurs moyens peuvent être mis en œuvre pour relever ces défis au cœur même de toute entreprise, mais j’aimerais m’attarder sur l’un d’eux, soit le réseautage.

L’actuelle tournée provinciale du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick a pour but de sensibiliser les gens sur les avantages de besoins en immigration pour aider nos entreprises et contribuer à la vitalité de nos communautés. D’ici au 17 mai, cette tournée, intitulée « Nouvelles Conversations », invite les Néo-Brunswickois à un dialogue constructif autour de l’immigration, de l’économie, ainsi que la vitalité et la durabilité future de nos communautés.

Il a été récemment rapporté que, depuis neuf ans, le nombre de nouveau-nés dans la province est en déclin et que seulement 6 673 bébés sont nés au Nouveau-Brunswick en 2017, ce qui représente le taux de natalité le plus bas depuis 1946. De moins en moins de nouveau-nés dans notre province aura un sérieux effet boule de neige sur notre économie.