logo small2x
Aujourd’hui, tous les yeux seront tournés vers Fredericton quand nos députés provinciaux récemment élus se présenteront à l’Assemblée législative du Nouveau-Brunswick pour la première fois. Les partis politiques réussiront-ils à s’entendre pour qu’un gouvernement minoritaire puisse gouverner la province? L’incertitude perdure, mais notre économie requiert que nos élus se mettent au travail sans plus tarder. Nous nous retrouvons dans un état stagnant de statu quo, alors que nous avons besoin de vision, de décisions et, surtout, d’actions.

Demain, la vente et la consommation du cannabis à usage récréatif seront dorénavant légales au Canada et au Nouveau-Brunswick. Ce changement de société a fait l’objet de bien des discussions au cours des derniers mois, et présente de nombreuses occasions économiques et commerciales intéressantes avec le développement d’un tout nouveau secteur d’activités. Cependant, il est bien évidemment encore tôt pour en juger l’impact et les répercussions à court et à long terme sur nos entreprises et notre économie.

Saviez-vous que le Nouveau-Brunswick compte plus de 25 000 petites et moyennes entreprises qui créent environ 160 000 emplois ? Nos PME forment le cœur de notre économie et, pendant la Semaine de la PME du 14 au 20 octobre, il convient de reconnaître leur rôle de créatrice de richesse et d’emplois pour notre province.

Quand on discute avec nos gens d’affaires pour découvrir leurs préoccupations, des thèmes récurant sont le développement de nouveaux produits et services, garder son marché, trouver de nouveaux clients ainsi qu’améliorer la productivité des employés. Ces défis se retrouvent d’ailleurs parmi les préoccupations exprimées par les membres du Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) lors de nos sondages.

La campagne électorale provinciale est maintenant terminée et nous avons remarqué que d’importants enjeux économiques ne se sont pas assez retrouvés sous le feu des projecteurs. Ni la croissance de notre économie, ni la gestion de la dette, ni les défis de nos entreprises comme la pénurie de main-d’œuvre et l’immigration de travailleurs qualifiés ne se sont retrouvés de façon proéminente dans les promesses et les discours des candidats.