logo small2x

L’histoire du capitalisme est ponctuée par des vagues ou des essaims d’innovations qui donnent naissance à de nouvelles forces économiques. Après la révolution industrielle, nous avons connu des vagues successives poussées par les systèmes ferroviaires, les lignes d’assemblage, l’aviation, l’Internet et, à l’heure actuelle, les changements climatiques. Une nouvelle économie a émergé de chacune de ces vagues et le Nouveau-Brunswick se doit donc d’agir pour saisir les occasions des industries qui proviendront de cette dernière vague d’innovations.

Ensemble, on y arrivera et on peut aller beaucoup plus loin. Pour contribuer à l’avenir du Nouveau-Brunswick, commençons par acheter et voyager ici dans notre merveilleuse province. Aujourd’hui, je vous donne donc un aperçu du vaste programme « L’Amour d’ici — Nouveau-Brunswick » avec lequel le Conseil économique du Nouveau-Brunswick s’associe avec plaisir.

Comme fervent partisan des Canadiens de Montréal, le hockey et la finale de la Coupe Stanley se retrouvent souvent au cœur de mes préoccupations personnelles ces derniers temps ! Je ne peux donc pas m’empêcher d’établir de nombreux parallèles entre le cheminement d’une équipe de hockey vers le summum de leur sport et la croissance notre économie, ici même au Nouveau-Brunswick.

La semaine dernière, le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) a tenu sa deuxième assemblée générale annuelle en format virtuel et, malgré les nombreux défis, nous tirons un bilan positif de l’année écoulée. Pour nos membres, 2020 fut une année d’adaptation, de transition, d’innovation et de résilience. Du côté de l’équipe du tonnerre du CÉNB, nous avons ciblé nos interventions pour apporter une contribution à l’avenir de notre belle province et pour propulser son économie vers de nouveaux sommets.

Cette semaine, le Nouveau-Brunswick a enfin atteint ce fameux objectif de 75 pour cent de la population admissible avec une première dose de vaccin et nous voyons le début de la levée des restrictions. Cependant, la condition la plus importante pour la reprise de notre économie sera probablement la plus difficile à atteindre, alors nous devrons tous faire notre part pour que 75 pour cent de notre population admissible obtienne sa deuxième dose de vaccin.