logo small2x

Pour la troisième semaine consécutive, j’explore un élément de l’imposant rapport préparé par l’économiste David Campbell pour un plan d’action afin d’assurer la reprise de notre économie après la pandémie. Cette fois-ci, l’innovation se retrouve dans notre ligne de mire, car amplifier les efforts d’innovation de nos entreprises jouera un rôle essentiel pour la croissance future de notre économie.

Cette semaine, je continue d’aborder les objectifs de l’étude de l’économiste David Campbell qui explore plusieurs solutions pour le développement d’un plan d’action pour assurer la reprise de notre économie après la pandémie. L’une des solutions à nos soucis de main-d’œuvre passerait ainsi par une augmentation des inscriptions des étudiants et étudiantes internationaux dans nos institutions postsecondaires afin de faciliter leur recrutement par des entreprises d’ici.

La reprise de notre économie après les ravages de la pandémie représente un dossier essentiel sur lequel il faut œuvrer dès aujourd’hui avec des initiatives, des actions et des objectifs concrets. Dans cette optique, le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) et le Conseil d’entreprises du Nouveau-Brunswick ont mandaté l’économiste David Campbell de Jupia Consultants pour une étude afin de préparer le terrain aux investissements après la pandémie. Ce projet reprend et surtout complémente des objectifs similaires à ceux de la stratégie d’investissements du gouvernement du Nouveau-Brunswick, mais avec des moyens tangibles de les atteindre.

La situation devient de plus en plus critique pour les entreprises du nord-ouest du Nouveau-Brunswick. Cette région se retrouve encore une fois en confinement complet depuis le 10 avril dernier, ce qui entraine la fermeture des commerces non essentiels et de lourdes pertes de revenus pour la plupart des secteurs. Aucune autre zone de notre province n’a été aussi touchée par les changements de phases d’alerte de la Santé publique que la région d’Edmundston et le gouvernement provincial se doit d’agir immédiatement pour venir en aide à son secteur privé.

Tout le monde au Nouveau-Brunswick semble d’accord avec le ministre des Gouvernements locaux et de la Réforme de la gouvernance locale, Daniel Allain, sur la nécessité d’un changement, mais peu s’entendent sur les moyens d’y arriver. Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) surveille de près ce dossier, car nous croyons fermement que le développement économique régional durable est étroitement lié à des communautés locales fortes et vibrantes et non pas seulement du ressort d’un gouvernement central à Fredericton.