logo small2x
Un des grands plaisirs de mon poste au Conseil économique du Nouveau-Brunswick est de rencontrer nos membres, les gens d’affaires des quatre coins de la province. Ces gens passionnés par leur entreprise et par leur communauté sont animés du réel désir de faire une différence et de propulser notre économie.

Récemment, j’ai ainsi rencontré Maxime Gauvin, le directeur général de la coopérative La Récolte de Chez Nous (www.monmarchedecheznous.com) qui regroupe une trentaine de producteurs du sud-est de la province. Ceux-ci fournissent notamment le très populaire marché des fermiers de Dieppe et celui de Shediac qui est ouvert pendant la saison estivale.

Avant la pandémie, pas moins de 5 000 personnes se donnaient rendez-vous au marché de Dieppe chaque samedi matin pour y effectuer leurs emplettes. Ils y retrouvaient une multitude de produits du terroir frais, sains et authentiques et chaque personne y dépensait entre 75 $ et 100 $. Ceci injectait facilement 25 millions $ dans l’économie régionale et favorisait l’autosuffisance alimentaire.

Certes, ces chiffres ont diminué depuis le mois de mars dernier, mais la coopérative a rapidement innové pour proposer à sa clientèle un service de vente en ligne avec collecte au volant sans contact. Chaque semaine, les gens peuvent commander leurs produits frais en ligne, puis les ramasser en voiture le vendredi. Le concept, né pendant le confinement, s’est avéré populaire à un tel point qu’il est encore offert aujourd’hui et s’ajoute au marché du samedi. Pour La Récolte de Chez Nous, le marché virtuel représente une occasion supplémentaire pour permettre aux gens d’accéder à des produits frais et locaux.

La mission de cette coopérative est de promouvoir le développement d’une agriculture durable dans le sud-est de la province. Les tablettes vides dans nos magasins pendant le confinement ont conscientisé plusieurs d’entre nous à l’importance de l’autosuffisance alimentaire et plusieurs membres de la Récole de Chez Nous y jouent déjà un rôle clé. Par exemple, certaines de leurs cultures hydroponiques permettent d’offrir des produits frais à l’année, alors que d’autres producteurs proposent de la viande fraiche d’animaux qu’ils élèvent à proximité.

Comme je l’ai mentionné dans ma chronique de la semaine dernière, l’achat local est devenu plus important que jamais au cours des derniers mois. Chaque achat que nous pouvons rediriger vers une entreprise d’ici contribue directement à l’économie de notre communauté et de notre province. Appuyer des producteurs locaux comme ceux de La Récolte de Chez Nous pour certains de vos produits alimentaires fait une réelle différence. Ensemble, nous y arriverons !

Gaëtan Thomas
Président-directeur général
Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc. 
La période des Fêtes approche à grands pas et avez-vous songé à l’impact de vos décisions d’achat sur notre province et sur notre économie ? Les entreprises néo-brunswickoises fabriquent une foule d’objets et offrent une multitude de services et d’expériences qui feront plaisir à vos êtres chers le matin de Noël. La qualité et la diversité offertes par les gens d’ici plairont à tous et vous ressentirez en plus la très grande satisfaction d’avoir contribué de façon tangible à notre avenir commun.

La semaine dernière, tous les yeux étaient tournés vers les médias américains pour le lent décompte des votes de l’élection américaine. La victoire du démocrate Joe Biden et de la future vice-présidente Kamala Harris nous semble de bon augure pour l’économie du Nouveau-Brunswick qui repose en grande partie sur nos échanges commerciaux avec notre voisin du sud.

Plus tôt cette semaine, le gouvernement provincial a annoncé une nouvelle approche d’approvisionnement du Nouveau-Brunswick d’abord pour assurer que les biens et les services requis par le gouvernement sont obtenus auprès d’entreprises d’ici. Cette nouvelle approche devrait permettre à nos gens d’affaires d’être plus concurrentiels pour répondre aux appels d’offres du gouvernement. Le critère de sélection du plus bas prix ne serait plus le seul considéré pour choisir un produit ou services afin de favoriser nos entreprises, tout en respectant les accords commerciaux déjà en vigueur.

Depuis la pandémie, avez-vous attendu plus longtemps que d’habitude pour obtenir certains produits ? Que ce soit des meubles, des matériaux de construction, les appareils électroniques et les électroménagers, de la farine ou autres, la pandémie a perturbé l’approvisionnement dans pratiquement tous les secteurs. Un récent rapport du Conseil économique des provinces de l’Atlantique (CEPA) sur le rôle clé des chaines d’approvisionnement mondiale pour notre reprise économique m’a porté à réfléchir sur ce sujet d’importance capitale pour notre économie.