logo small2x
Depuis maintenant quelques mois, la communauté d’affaires du Nouveau-Brunswick est préoccupée par un projet de loi qui propose d’éliminer les exemptions de l’impôt foncier accordées aux machines et équipements lourds de nos entreprises. Ce « projet de loi 9 », déposé par le député libéral Gerry Lowe, se présente comme un moyen de fournir un appui financier aux municipalités en augmentant leurs revenus fonciers. La communauté d’affaires, elle, y voit plutôt une nouvelle forme de taxation des entreprises qui entravera encore une fois leur croissance et dont les ramifications n’ont pas fait l’objet de réflexions approfondies.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick déposera dans un mois son tout premier budget qui est attendu avec impatience par la communauté d’affaires de la province. Les attentes sont élevées, car nos défis économiques sont nombreux et nécessitent des actions décisives pour assurer la croissance de nos collectivités et de notre province.

La philosophie derrière les projets du Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) découle du désir de faire les choses autrement. Nous favorisons une approche qui mise sur la collaboration et les initiatives afin de développer des solutions concrètes aux préoccupations de nos entreprises et, surtout, de passer à l’action pour relever ces défis.

Deux aspects particuliers de dernier rapport de la Vérificatrice générale de la province, Kim MacPherson, ont retenu notre attention pour leur impact sur les entreprises francophones et l’avenir économique du Nouveau-Brunswick, soit la suite de son audit sur Travail sécuritaire NB (TSNB) et ses commentaires sur la situation financière de la province. Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) tire la sonnette d’alarme sur ces deux sujets depuis un certain temps et nos inquiétudes se retrouvent noir sur blanc dans les pages de ce rapport.

Le Nouveau-Brunswick est confronté à d’importants défis démographiques causés, entre autres, par le vieillissement de la population active, l’exode des jeunes adultes, la diminution du taux de natalité. Notre population décline et, sans l’apport de nouveaux arrivants, notre économie se retrouve menacée. Comme province, notre principale résolution pour la nouvelle année 2019 devrait être un choix conscient d’agir sans plus tarder et de mettre en œuvre tous nos efforts pour attirer de nouveaux citoyens.