logo small2x

Nous choisissons encore la croissance pour les élections fédérales 2021

Plus tôt cette semaine, un regroupement d’organismes d’affaires du Nouveau-Brunswick a fait paraître un ensemble de priorités politiques pour l’élection fédérale à venir. Lorsque les entreprises et les citoyens et citoyennes du Nouveau-Brunswick se rendront aux urnes, ils se tourneront vers les partis fédéraux pour avoir un plan clair sur lequel reposeront la reprise économique et la croissance post-pandémie.

Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) et des organismes partenaires ont donc proposé des politiques qui stimuleront les investissements, la croissance de la main-d’œuvre et la compétitivité dans notre province.
En plus du CÉNB, le regroupement est composé du Conseil d’entreprises du Nouveau-Brunswick, de la Chambre de commerce de Fredericton, de la Chambre de commerce pour le Grand Moncton, de la Chambre de commerce régionale de Saint John et de Manufacturiers et Exportateurs du Canada. Ces partenaires ont déterminé trois axes prioritaires et appels à l’action du regroupement qui s’articulent autour des thèmes de la reprise et de l’autosuffisance, de l’immigration, ainsi que la compétitivité et l’équité.

Reprise et autosuffisance
Pour la reprise et l’autosuffisance, nous préconisons les actions suivantes :
  • Faire croître la main-d’œuvre en adoptant une approche à volets multiples qui comprendra le retour au travail des bénéficiaires de l’assurance-emploi, un programme national de services de garde, et un financement particulier par le biais de l’Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) pour l’automatisation, la numérisation ainsi que le recrutement et le maintien en poste des effectifs.
  • Combler le déficit d’investissement fédéral en recherche et développement au Nouveau-Brunswick et financer des projets d’infrastructure, notamment en logement.
  • Mettre à l’essai un crédit d’impôt à l’investissement pour le Canada atlantique qui encouragera les investissements interprovinciaux dans les entreprises en démarrage, les exportateurs et les PME dont le siège social se trouve dans la région de l’Atlantique.
Immigration
Du côté de l’immigration, le gouvernement fédéral devrait agir pour :
  • Attribuer des places d’immigration de sorte à atteindre un objectif de 10 000 personnes immigrantes d’ici 2024 (avec des mesures de soutien supplémentaire pour atteindre une cible de 30 % de personnes immigrantes francophones).
  • Simplifier et accélérer l’ensemble du processus d’immigration, plus particulièrement pour les étudiants et étudiantes internationaux.
  • Augmenter les investissements dans les mesures de soutien et les infrastructures destinées aux nouveaux arrivants et arrivantes pour les attirer et les retenir dans notre province, comme les services et initiatives d’établissement pour les accueillir dans les communautés.  
Compétitivité et équité
Enfin, pour améliorer notre compétitivité et l’équité, nous suggérons des initiatives comme :
  • Adopter une optique de politique régionale pour traiter des difficultés uniques pour chaque région, et envisager des engagements de plateforme propres au Canada atlantique.
  • Offrir des mesures incitatives, des crédits d’impôt ou des programmes de financement pour aider les PME à assumer les coûts de la décarbonisation et de la transition vers une économie verte.
  • Collaborer avec les provinces pour éliminer les obstacles au commerce.
Maintenant que nous sortons de la pandémie, le prochain gouvernement fédéral doit faire les bons investissements et mettre en place des politiques pour assurer une croissance soutenue au Nouveau-Brunswick et dans toute la région de l’Atlantique. Souhaitons que toutes les personnes candidates du Nouveau-Brunswick s’en fassent les champions et championnes afin que notre économie et notre province sortent de la pandémie plus fortes qu’avant.
Au cours des prochaines semaines, le groupe publiera sur son site Web d’autres détails à propos des trois piliers de cette campagne www.choisissonslacroissance.ca. Ensemble, nous y arriverons !

Gaëtan Thomas
Président, directeur-général
Conseil économique du N.-B.