logo small2x

Où sera le secteur forestier dans dix ans

Le 26 mai 2016

Saint-Quentin, le 26 mai 2016 - Dans le cadre de sa tournée des membres, le Conseil économique du Nouveau-Brunswick s’est arrêté à Saint-Quentin et à Kedgwick. L’équipe a eu l’occasion de discuter, entre autres, du plan de gestion des forêts de la Couronne avec plusieurs entrepreneur(e)s et propriétaires d’entreprise ainsi que de la vision du gouvernement concernant le secteur forestier.

Citation du président-directeur général du CÉNB, Thomas Raffy : « Nos entreprises du secteur forestier souhaitent assurer la compétitivité de leurs produits traditionnels et se démarquer avec le développement de nouveaux produits et matériaux. Un de leurs grands défis est d’avoir accès à un approvisionnement stable de bois ainsi qu’à une main-d’oeuvre qualifiée. Le secteur forestier est un levier de développement économique capital pour près de 40 régions du Nouveau-Brunswick et permet le maintien de près de 22 000 emplois dans tous les coins de la province. »
Des gestes concrets et requis pour assurer la compétitivité du secteur forestier

Amélioration des infrastructures :
  • malgré une attention plus soutenue pour la route 17 au cours des dernières années, son « état » perturbe le transport des produits forestiers et des biens. Il est essentiel de maintenir en excellent état cette infrastructure routière afin d’assurer et de maintenir les activités économiques tant des entreprises du secteur forestier que des autres secteurs;
  • le secteur forestier est technologiquement avancé et les travailleurs ont besoin d’un réseau de télécommunications pour communiquer et connecter la machinerie et l’équipement à l’internet. L’accès à un réseau de télécommunications rapide et fiable en tout temps est primordial pour assurer la compétitivité du secteur forestier sur l’ensemble du territoire provincial.

Accès et rétention de la main-d’oeuvre qualifiée :
  • les entreprises du secteur forestier doivent également relever le défi d’accès à une main-d’oeuvre qualifiée. Il est important de bien aligner la formation avec les besoins en main-d’œuvre du secteur, qui requiert aujourd’hui des travailleurs très qualifiés et bien formés, et d’offrir des cours de perfectionnement pour l’acquisition de connaissances et de compétences. De plus, il faut promouvoir et valoriser ce secteur ainsi que tous les autres secteurs traditionnels dans lesquels nous excellons dans le curriculum scolaire;
  • les modifications apportées au régime d’assurance-emploi ont un impact sur le secteur et viennent s’ajouter aux difficultés actuelles de recrutement et de rétention. Par la nature de ses activités, le secteur forestier, et plusieurs autres secteurs, met temporairement à pied sa main-d’œuvre; l’assurance-emploi a permis de retenir les travailleurs qualifiés. Le CÉNB est d’avis qu’une réforme était nécessaire, mais le gouvernement doit se pencher sur des méthodes autres que l’assurance-emploi afin d’aider les entreprises de ces secteurs à retenir leur main-d’œuvre qualifiée.

Conclusion du président-directeur général du CÉNB, Thomas Raffy : « Je pense qu’aujourd’hui, il faut aussi briser le mythe du travail en forêt. La technologie joue un rôle primordial dans les opérations de récolte du bois avec la mécanisation. Le secteur forestier utilise de la technologie très avancée et les opérateurs doivent être formés pour manipuler et entretenir les machines. Le potentiel de sauvegarde et surtout de création d’emplois dans ce secteur clef de l’économie du Nouveau-Brunswick se doivent d’être pris en considération, d’autant plus que cela est en alignement avec l’une des priorités du gouvernement qui est la création d’emplois. La forêt a toujours une place importante dans l’économie du Nouveau-Brunswick et le gouvernement doit saisir toutes les occasions pour assurer la compétitivité du secteur. »

À propos du CÉNB
Fondé en 1979, le Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc. (CÉNB) est aujourd’hui le plus grand réseau d’affaires francophone des provinces atlantiques. Il représente les entreprises francophones de tous les secteurs économiques de la province du Nouveau-Brunswick. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté d’affaires francophone pour assurer son développement et sa compétitivité et par ce fait, contribuer au développement économique de la province.

- 30 -

Renseignements :
Chantal N.-Losier, analyste des politiques et responsable des communications
Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc.
Ligne directe : (506) 869-9923 - courriel : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.