logo small2x

L’innovation de nos entreprises en temps de crise

L’innovation survient bien souvent en réponse à un certain besoin ou bien à une nouvelle situation. Comme nous l’avons vu au courant des dernières semaines, nos entreprises ont fait preuve d’innovation pour répondre rapidement à de nouveaux besoins qui ont découlé des mesures de santé publique mises en œuvre pour contrer la crise de la COVID-19.

Un grand nombre des entreprises de la province ont ainsi innové dans leurs façons de travailler en se tournant vers des outils technologiques. Le télétravail est devenu la nouvelle norme et les réunions à distance ponctuent le quotidien de plusieurs d’entre nous. Certaines pouvaient déjà vendre leurs produits par l’entremise d’un site web et leur transition complète vers les ventes virtuelles s’est effectuée rapidement. D’autres ont dû modifier leur approche pour créer une boutique en ligne en quelques jours ou bien elles ont mis à profit les médias sociaux pour présenter et vendre leurs produits et services sur une nouvelle plateforme. Des échanges électroniques ont remplacé les interactions plus directes pour discuter avec la clientèle et passer des commandes. Le ramassage de produits en bordure de trottoir ou encore les livraisons à domicile s’avèrent de récentes options offertes par un nombre grandissant d’entreprises de secteurs variés.

D’autres gens d’affaires ont carrément innové en créant de nouveaux produits et services connexes. Comme le CÉNB l’a déjà souligné en ces pages, plusieurs producteurs d’alcool ont modifié leurs opérations pour fabriquer des produits antiseptiques. Mentionnons également tous ceux et celles qui se sont mis à la production de fournitures médicales comme des masques de protection ou encore des masques non médicaux pour contribuer à ralentir la propagation du virus.

La déclaration de l’état d’urgence a obligé les entreprises néo-brunswickoises à s’aventurer dans une zone inconnue hors de l’ordinaire. Du jour au lendemain, la routine de nos gens d’affaires a été bouleversée. Ils ont dû adapter un mode solution et innovation pour répondre aux exigences et besoins qui pouvaient changer d’une journée à l’autre, voire d’une heure à l’autre. En mode survie, nos entreprises ont géré les changements à une vitesse jamais vue auparavant et elles ont ainsi adopté une foule de normes accrues de santé et de sécurité qui formeront sans doute notre réalité pour une longue période. La courbe d’apprentissage s’est avérée abrupte, mais notre main-d’œuvre a relevé le défi et peut désormais s’appuyer sur ces acquis de nouvelles connaissances.

Tout cela s’est cependant réalisé à un prix élevé pour nos entreprises qui ont, pour la plupart, vécu une diminution en flèche de leur chiffre d’affaires. De par leur nature même, plusieurs de nos entreprises n’ont pas encore pu rouvrir leurs portes à nouveau et leur survie est en péril.

Comme Néo-Brunswickoises et Néo-Brunswickois, nous nous devons de reconnaître les efforts de nos gens d’affaires et, surtout, de leur démontrer notre gratitude et notre appui en cette période de crise. Priorisons l’achat local, ce qui montrera à nos entrepreneurs que leurs efforts n’ont pas été en vain et que leur énergie à innover pour s’adapter à ces multiples changements se traduira en de nouvelles ventes ou une nouvelle clientèle.

Marie Chamberland
Présidente
Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc.