logo small2x

Élections fédérales : quelle place pour le secteur privé ?

Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick (CÉNB) surveillera de près le déroulement de la campagne électorale fédérale et nous attendons avec impatience le dévoilement des plateformes des principaux partis. Plusieurs dossiers économiques devraient s’y retrouver et voici un aperçu des dossiers prioritaires pour les gens d’affaires du Nouveau-Brunswick.

Tout d’abord, nous aimerons connaître le plan de développement économique à long terme préconisé par nos futurs députés. La région atlantique et le Nouveau-Brunswick font face à d’importants défis d’envergure liés notamment à la main-d’œuvre et à nos tendances démographiques. Quel sera le plan de match et quelles actions favoriseront non seulement la croissance économique, mais également la croissance démographique ? Quelles stratégies seront mises en œuvre pour contrebalancer l’impact financier grandissant du vieillissement de notre population sur nos infrastructures et services publics ? 

Nos entreprises nécessitent également des mesures incitatives sensées pour augmenter leurs efforts en innovation ainsi qu’en recherche et développement pour demeurer concurrentielles dans un marché en constante évolution. Les entreprises canadiennes requièrent un environnement fiscal qui reflète les réalités d’aujourd’hui et qui soutient les affaires.

De même, les entreprises néo-brunswickoises doivent évoluer dans un environnement où une taxe sur le carbone leur a été imposée l’an dernier, alors que d’autres provinces n’y sont pas assujetties. Quelles sont les intentions de chaque parti dans ce dossier qui affecte un grand nombre de nos gens d’affaires ? Le simple fait de se déclarer contre une taxe sur le carbone sans offrir un plan alternatif ne constituerait pas une solution concrète.

Par ailleurs, nos membres s’intéressent à la diversification des marchés, non seulement sur l’échiquier mondial, mais aussi sur la scène nationale avec un commerce interprovincial accru. Cela nécessitera une collaboration renforcée entre notre prochain gouvernement fédéral et ses homologues provinciaux et la question sera surement abordée sur les sentiers électoraux. Mentionnons le dossier du pipeline Énergie Est qui refait surface de temps à autre, mais qui demanderait une volonté fédérale assortie d’une collaboration provinciale pour reprendre vie et occasionner des retombées pour notre province.

Toujours dans l’optique de diversification des marchés, n’oublions pas l’importance du bilinguisme économique du Nouveau-Brunswick et du Canada pour percer dans le vaste marché de la Francophonie mondiale. Nous aurons donc intérêt à connaître la position des partis sur ce dossier pour voir comment nous pourrons profiter davantage de ces occasions d’affaires devant nous.

Les sujets de discussion ne manqueront certainement pas au cours des prochaines semaines et je vous invite à discuter de ces questions économiques avec vos candidates et candidats.  Les partis politiques doivent faire du secteur privé une pièce maitresse de leur campagne électorale et proposer des mesures pour favoriser sa croissance et son essor afin de faire croître l’économie de toutes les régions du pays.

Au CÉNB, nous profiterons de cette campagne pour sonder nos membres sur ces enjeux et nous analyserons de près les plateformes électorales des principaux partis. Il est important que les promesses et les déclarations des candidates et candidats abordent les vrais dossiers pour susciter des discussions auprès des citoyennes et citoyens. Une élection doit engager les gens et les communautés dans le processus démocratique et créer des débats concrets sur des sujets d’importance pour les citoyens afin d’aboutir à des solutions et des actions.

Thomas Raffy
Président-directeur général
Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc.