logo small2x

Immigration économique, à nous de jouer

Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick signale depuis plusieurs années que la main-d’œuvre est la principale préoccupation de nos entrepreneurs qui éprouvent de la difficulté à pourvoir des postes vacants avec des travailleurs qualifiés. Les répercussions de cette pénurie d’employés sont vastes et, selon le récent rapport de la FCEI, plus de 20 pour cent des PME en Atlantique envisagent d’annuler leur projet d’expansion, faute d’employés nécessaires. Une stratégie aux multiples approches sera nécessaire pour relever ce défi et l’immigration économique est l’une des pièces de ce vaste casse-tête.

Faire appel à des immigrants pour combler un besoin de main-d’œuvre est bien souvent le dernier recours d’une entreprise qui a tout tenté pour recruter des travailleurs au niveau local, provincial et même parfois national. Le processus de recrutement sur la scène internationale s’avère long et laborieux, mais plusieurs de nos entreprises se sont déjà mises à l’œuvre pour relever leur défi de main-d’œuvre. Nous croyons que nos entrepreneurs doivent ainsi faire preuve de leadership, déterminer leurs besoins pour assurer leur croissance et développer une stratégie pour recruter les gens dont ils ont besoin. Certes, des programmes gouvernementaux existent pour favoriser l’immigration, mais la responsabilité première réside auprès des entreprises qui doivent participer activement à la solution. D’ailleurs, la division de développement économique du CÉNB, le Réseau de développement économique et d’employabilité du Nouveau-Brunswick (RDÉE NB), propose plusieurs initiatives pour appuyer autant les employeurs que les candidats à l’immigration afin de les aider à naviguer ce processus d’immigration.

Un autre élément à ne pas négliger est la rétention de ces travailleurs, ce qui demande non seulement un effort de l’entreprise pour les intégrer à l’équipe, mais aussi un effort collectif pour intégrer ces nouveaux arrivants à nos communautés. Quand on connaît les défis démographiques de nos villes et villages avec leur population en déclin, l’accueil de nouveaux citoyens avec leur famille doit être une priorité. Déjà, des organismes œuvrent en ce sens et toute la communauté doit appuyer leurs efforts.

Les défis démographiques en Atlantique sont tels que l’immigration économique s’avère dorénavant une nécessité. Nos entreprises doivent donc se retrousser les manches et participer à la solution, de concert avec les organismes, les programmes gouvernementaux et les collectivités. Ensemble, nous pouvons choisir la croissance.

Thomas Raffy 
Président-directeur général
Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc.