logo small2x

De nouvelles mesures fiscales à explorer pour nos entreprises

Le gouvernement fédéral a présenté une mise à jour économique le 21 novembre dernier, mais cette annonce est presque passée inaperçue. Nous souhaitons donc revenir sur le sujet puisqu’Ottawa a présenté de nouvelles mesures fiscales qui pourraient bénéficier à nos entreprises.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, a annoncé trois changements au régime fiscal fédéral qui ont piqué notre intérêt. Premièrement, les entreprises pourront amortir immédiatement le cout total d’achat de machinerie et de matériel qui servent à la fabrication et la transformation. Les entreprises manufacturières pourront alors déduire la totalité du cout d’acquisition d’équipement sur une année, au lieu d’amortir ce cout sur plusieurs années après l’achat.

Deuxièmement, les entreprises pourront également amortir le cout total de matériel qui servira à la production d’énergie propre comme, par exemple, de l’équipement écoénergétique. Avec la venue en 2019 de la taxe sur le carbone, cette mesure fiscale pourrait permettre d’adoucir la transition vers des technologies propres.

Troisièmement, Ottawa propose des incitatifs accélérés pour permettre de plus grandes déductions relatives à l’acquisition de biens par une entreprise tels que l’achat de logiciels, d’ordinateurs, de matériel de bureau ou de véhicules. Ceci permettra aux entreprises de notamment rentabiliser leurs achats plus rapidement. Dans l’ensemble, ces trois nouvelles mesures pourraient compenser légèrement les augmentations des couts d’exploitation que connaissent nos entrepreneurs depuis quelques années.

Ottawa a également annoncé des investissements supplémentaires de 800 millions $ dans son Fonds stratégique pour l’innovation dont 100 millions $ qui seront destinés à l’industrie forestière. C’est de bon augure pour nos industries dans ce secteur puisque ce fonds vise à appuyer la recherche et le développement, faciliter la croissance et l’expansion, etc.

Par ailleurs, le gouvernement fédéral prévoit mettre en œuvre une stratégie de diversification des exportations afin d’augmenter de 50 pour cent d’ici 2025 les ventes vers les pays autres que les États-Unis. Après l’incertitude qui a affecté nos entreprises lors de la renégociation de l’ALÉNA, nous avons constaté l’impact du protectionnisme américain accru sur nos entreprises et notre économie. La diversification des marchés internationaux s’avère une avenue prometteuse que nos entreprises doivent explorer davantage afin de minimiser l’effet de nouveaux changements chez nos voisins du sud.

Somme toute, ces changements fédéraux pourraient représenter d’intéressantes occasions à saisir pour nos entreprises. Nous les encourageons à s’informer davantage sur le sujet afin de maximiser leur effet sur leur croissance.

Thomas Raffy
Président-directeur général
Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc.