L’après budget provincial 2017-2018 Le statu quo n’est pas une action


L’après budget provincial 2017-2018 Le statu quo n’est pas une action
Le 8 février 2017
Moncton, le 8 février 2017 -   Le Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc. (CÉNB) souhaitait voir dans le budget 2017-2018 une vision à long terme et de la planification.  Nous y retrouvons beaucoup d’idées et de possibilités, mais pas de détails et d’actions concrètes.  
 
Citation du président-directeur général, Thomas Raffy : « On ne souhaitait pas voir des augmentations rapides et démesurées des coûts généraux d'exploitation de nos entreprises.  On est content que le taux d’impôt sur le revenu applicable à la petite entreprise va passer de 3,5 % à 3 % le 1er avril, mais ce même jour, le salaire minimum va augmenter et on sait déjà que le taux de cotisation de Travail sécuritaire va augmenter l’an prochain.  Est-ce que la diminution de l’impôt va compenser les augmentations des frais généraux?  C’est beaucoup de pression pour nos entreprises et n’oublions pas qu’il y a aussi la tarification du carbone qui s’en vient. »
 
Points à surveiller 
Crédit d’impôt pour les investisseurs dans les petites entreprises - le crédit est passé de 30 % à 50 %, mais il y a encore du travail à faire du côté des formalités administratives (paperasse).  Les formalités administratives sont du temps que nos entrepreneurs ne peuvent pas consacrer dans le développement de leurs affaires.
 
Innovation - le budget manque de contenu, tout comme le Plan de croissance économique de la province.  On ne mentionne pas la tarification du carbone dans le budget, qui sera mise en place d’ici 2018.  La tarification du carbone doit servir à encourager le changement et l’innovation.  Par conséquent, les recettes provenant de la tarification du carbone doivent servir à récompenser les entreprises et la population qui réduisent leurs émissions de gaz à effet de serre, à soutenir l’utilisation de technologies propres et à appuyer le développement de technologies à court, moyen et long terme pour répondre à l’augmentation du prix du carbone.  Dès aujourd’hui, il faut planifier afin d’être prêts et nous donner la chance d’assurer le succès de nos nouvelles initiatives.
 
Soutien à nos industries traditionnelles - nos industries traditionnelles sont importantes et en constantes évolution.  Le budget indique que le gouvernement continuera à étudier les possibilités déjà cernées.  Nous connaissons très bien les secteurs traditionnels.  L’heure est de passer à l’action, de se donner les moyens d’exceller en étant rigoureux dans notre planification à court, moyen et long terme afin de nous donner les moyens d’être les plus concurrents sur les nouveaux marchés. 
 
Croissance démographique et immigration économique - la main-d’oeuvre immigrante est une solution, mais il faut du support pour faciliter l’intégration et la rétention.  Trouver de la main-d’oeuvre qualifiée est très important pour nos entreprises, tout comme retenir les travailleurs en poste.  Embaucher du personnel est un processus parfois long et complexe.  Après l’embauche, il faut voir à assurer l’intégration du travailleur au sein de nos entreprises dans le but de le retenir à son poste et finalement, dans la communauté.  La responsabilité de retenir notre main-d’oeuvre est l’affaire de toute une communauté et il faut que les fonds puissent aussi servir à l’intégration et à la rétention.   
 
Conclusion du président-directeur général, Thomas Raffy : « La décroissance démographique  a un impact sur plusieurs aspects de nos entreprises.  Que ça passe par la clientèle, la recherche de nouveaux clients, la relève des employés, la rétention des employés, si nous n’avons pas la population, c’est très difficile de prospérer comme entreprise.  Il faut travailler à faciliter l’intégration des jeunes diplômés, des travailleurs qui changent de domaine et des travailleurs étrangers au marché du travail.  Il faut maximiser leur chance de réussite au sein de nos entreprises et les retenir.  C’est un enjeu de taille pour la communauté d’affaires francophone. »
 
 
- 30  -
 
Renseignements
Chantal N.-Losier, analyste des politiques et responsable des communications 
Conseil économique du Nouveau-Brunswick inc. 
Ligne directe : (506) 869-9923  - courriel : chantal@cenb.com 
 


[Retour au début de la page]

Nos bâtisseurs


Slideshow
Slideshow
Slideshow